opérations topographiques Foncier - Délimitation - Bornage Copropriété Agence d'Urbanisme Urbanisme Opérationnel Bureau d'Etudes VRD Géomètre Expert Diagnostiqueur
Formations
 


► Le BTS Géomètre-Topographe

Le diplôme de BTS géomètre-topographe peut être préparé par les bacheliers S, STI génie civil, et les titulaires du baccalauréat professionnel spécialité « technicien géomètre-topographe ».

Télécharger la liste des établissements préparant le diplôme de BTS géomètre-topographe

Télécharger le programme du BTS de géomètre topographe


► La filière ingénieur

Le cursus d’ingénieur géomètre

Le cursus d’ingénieur géomètre (BAC + 5) suivi de deux années de stage d’exercice professionnel constitue la voie classique d’accès à l’exercice de la profession de géomètre-expert.

Télécharger la liste des écoles préparant le diplôme d’ingénieur géomètre

Ces écoles d’ingénieur géomètre sont accessibles après deux ans de classes préparatoires ou un diplôme de BTS géomètre-topographe (sur concours).

L'école d’ingénieur géomètre

Durant les 3 années en école d’ingénieur géomètre, l’étudiant doit accomplir un stage à l’étranger de 4 à 12 semaines et réaliser un TFE (Travail de Fin d’étude) qui, dans le cadre d’un stage réalisé au sein d’une entreprise, lui permet de mettre en pratique l’ensemble des connaissances acquises tout au long de son cursus d’enseignement. Le stage réalisé en 3ème année, d’une durée de 4 à 6 mois, débute aux mois de janvier ou février de chaque année. Il donne lieu à un mémoire suivi d’une soutenance. Ce stage qui correspond le plus souvent pour l’élève ingénieur à son premier contact avec l’entreprise d’accueil qui peut être un cabinet de géomètre-expert est déterminant pour sa future carrière. Il peut en effet déboucher sur un stage d’exercice professionnel de deux ans en vue de l’inscription à l’Ordre et éventuellement sur une association avec le géomètre-expert maître de stage.
(consulter les offres et les demandes de stage)

Les personnes titulaires d’un diplôme d’ingénieur (non géomètre) reconnu par la commission des titres peuvent également accéder à l’exercice de la profession sous réserve d’accomplir un stage d’exercice professionnel de 36 mois puis de passer les épreuves de l’examen du DPLG de géomètre-expert foncier.

Les personnes titulaires d’un diplôme d’ingénieur DPE (Diplômé par l'Etat), spécialité Géomètre Topographe, délivré par le CNAM, peuvent aussi accéder à l’exercice de la profession sous réserve d’accomplir un stage d’exercice professionnel de 24 mois.
La Validation des Acquis de l'Expérience (VAE) constitue une autre voie d’accès à l’exercice de la profession car elle peut permettre d’obtenir le diplôme d’ingénieur géomètre. C’est une démarche reconnue par le Code du travail qui permet de faire reconnaître son expérience professionnelle, afin d'obtenir un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle. La VAE est un droit ouvert à toutes les personnes (quel que soit leur diplôme) pouvant justifier d'une expérience professionnelle de 3 ans minimum, continue ou discontinue, à temps plein ou partiel, salariée, non salarié ou bénévole, en rapport direct avec le contenu du diplôme visé. Les écoles ESGT, INSA et ESTP ont intégré la VAE et offrent un accompagnement pour les candidats intéressés à obtenir par cette voie, le diplôme d'ingénieur géomètre (En savoir plus sur la VAE).


► DPLG

Diplôme Par Le Gouvernement

En 2005, l’OGE a décidé de réformer les actuels schémas de formation initiale de ses membres et de moderniser le DPLG. Ainsi, une réforme du DPLG de géomètre-expert foncier est entrée en vigueur le 1er janvier 2011. Elle répond à trois finalités essentielles :

1.  Diversifier et élargir les profils de recrutement, notamment dans les domaines de l’aménagement et de l’urbanisme;
2.  Adapter le cursus de formation initiale au système européen LMD (Licence – BAC+3 / Master – BAC + 5 / Doctorat – BAC+8);
3.  Assurer le renouvellement des effectifs et anticiper le départ massif à la retraite de la génération du « papy boom ».

Cette réforme se veut exemplaire en permettant de concilier une indispensable ouverture de la profession vers les disciplines non scientifiques avec une adaptation à la dynamique européenne et une convergence avec la diversification du métier dans une perspective de développement durable incarnée par le souci de sauvegarder l’intérêt public et de pérenniser la garantie du service offert au citoyen.

Ainsi, pourront accéder à l’inscription au tableau de l’Ordre, les personnes suivantes :

 Les titulaires d'un diplôme de master dans le champ des sciences de l’ingénieur, des métiers de l’urbanisme, de l’architecture et des paysages ou encore de la géomatique, et de la topographie, obtenu en France ou dans un autre Etat membre de la Communauté Européenne ou dans un Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen ;
 Les titulaires d’un diplôme d'ingénieur obtenu en France ou dans un Etat membre de la Communauté Européenne ou dans un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen ;
 Les titulaires du diplôme de fin d'études de l'institut de topométrie du Conservatoire national des arts et métiers ;
 Les titulaires de diplômes correspondant au premier cycle d'études supérieures qui justifient de cinq ans de pratique professionnelle dans les activités décrites au 1° de l’article 1 de la Loi n°46-942 du 7 mai 1946 susvisée ;
 Les titulaires du brevet de technicien supérieur de géomètre topographe qui justifient de six ans de pratique professionnelle dans les activités décrites au 1° de l’article 1 de la Loi n°46-942 du 7 mai 1946 ;
 Les titulaires de diplômes correspondant à un cursus de deux années d’études supérieures qui justifient de huit ans de pratique professionnelle dans les activités décrites au 1° de l’article 1 de la Loi n°46-942 du 7 mai 1946 ;
 Les personnes qui justifient de quinze ans au moins de pratique professionnelle dans les activités décrites au 1° de l’article 1 de la Loi n°46-942 du 7 mai 1946.

Sous réserve d’une part de l’accomplissement d’un stage d’exercice professionnel de 2 années effectué obligatoirement en cabinet de géomètre-expert dans les activités décrites au 1° de l’article 1 de la Loi n°46-942 du 7 mai 1946, et d’autre part, en parallèle, de l’acquisition des connaissances incluses dans 5 unités de formation définis en conformité avec le référentiel de compétence de l’OGE, puis enfin de la soutenance d’un mémoire professionnel technique et juridique.

L’organigramme ci-après illustre les principes exposés ci-dessus :


Les 5 unités de formation se déclinent comme suit :

 1 unité de formation obligatoire centrée sur l'exercice de la profession de géomètre-expert et sa délégation de service public qui comporte 10 modules de formation obligatoire dispensés par l’OGE et correspondant à 16 jours de formation (éthique professionnelle et déontologie, bornage, propriété publique, servitudes, divisions foncières, copropriété, expertise/médiation, aménagement durable du territoire, référentiel foncier unifié, gestion/comptabilité appliquée à la profession)

 4 unités de formation (Droit = 16 jours, Sciences de la mesure et géomatique = 16 jours, aménagement du territoire = 8 jours, aménagement de la propriété = 8 jours) dont un certain nombre sont imposés aux candidats en fonction de leur origine, de leur cursus et de leur parcours professionnel. Celles-ci sont dispensées de manière privilégiée, et en fonction de leur sensibilité respective, par l’ESGT, l’INSA, et l’ESTP ainsi que par toute université ou école habilitée à délivrer des cursus de formation débouchant sur le métier de géomètre-expert.

Le décret réformant le DPLG a été publié au JO du 16 novembre et confirme l’entrée en vigueur de la réforme le 1er janvier 2011. L'arrêté du 1er février 2011 détaille les modalités d'acquisition des unités de formation et de soutenance du mémoire. Est annexé à l'arrêté le référentiel des activités professionnelles des géomètres-experts.

Télécharger le vade mecum "Comment devenir géomètre-expert foncier  DPLG"

En savoir plus sur les formalités à accomplir pour déposer un dossier de candidature

Note d'aide méthodologique à l'élaboration du mémoire